Aéromodélisme (1)

Un mot sur l'aviateur et la construction du Maxi Baron

Chers visiteurs

Je vais vous raconter et illustrer, étape par étape, la construction du modèle réduit d'un avion de légende, le Maxi Baron que je réalise au sein du club d’aéromodélisme de Marcy Savigny (CAMS).

Tout d'abord, présentation du pilote Von Richthofen, surnommé le Baron Rouge qui a donné son nom à l'avion:

Manfred Albrecht, Baron Von Richthofen (Breslau, 2 mai 1892 - Vaux-sur-Somme, 21 avril 1918) était un aviateur allemand plus connu sous les pseudonymes Petit Rouge, le Diable Rouge et le Baron Rouge. Il est resté une légende de l'aviation de la Première Guerre mondiale.

Manfred, âgé de 11 ans, commence une formation militaire. Après avoir achevé sa formation de" cadets" en 1911, il rejoint le 1er Régiment Uhlan " Empereur Alexandre 3 de Russie ". Lorsque la première guerre mondiale éclate, Richthofen, officier de cavalerie fait de la reconnaissance à la fois sur les fronts Est et Ouest. Les missions traditionnelles de la cavalerie étant devenues impossibles en raison des progrès de l'armement et des barbelés, les uhlans sont utilisés dans l'infanterie. Déçu de ne pas être en mesure de participer plus souvent à des opérations de combat, Richthofen demande son transfert dans la Luftstreitkräfte, la force aérienne de combat, un corps précurseur de la Luftwaffe. Sa demande est acceptée et il rejoint cette unité à la fin de mai 1915. A l'âge de 23 ans, le lieutenant Manfred Von Richthofen, rencontre l'as de l'époque Oswald Boelcke dont les récits de combats aériens l’impressionnent. Il décide de devenir pilote d'avion de chasse.

Il apprend à voler et s'entraîne à la chasse aérienne. Il excelle dans la tactique et le combat aérien. Jusqu'à la fin de 1916, il pilote un Albatros D. 2, puis, le fameux D. 3, à bord duquel, pour son 16e succès, il reçoit la médaille de l'Ordre Pour le Mérite la plus haute distinction dans l’armée allemande à l'époque. Durant le seul mois d'avril 1917, il abat 20 britanniques portant son total à 52 appareils ennemis. Son surnom lui est attribué lorsqu'il fait peindre en rouge son Albatros D. 3. A la fin du mois de juin il change à nouveau d’avion pour piloter un Albatros D. 5. En juillet de la même année, il est sévèrement touché à la tête. Cette blessure lui laisse des séquelles, son comportement change et il souffre de nausée et de maux de tête. Ce n'est qu'en octobre 1917, après sa période de convalescence, qu’il change d’appareil pour passer sur le triplan qui le rendra célèbre, le Fokker Dr. 1.

images          imagesCALY18AQ           04744            b6e6ef8d4d80f51d0fe6a988a649bfdb_image_document_large_featured_borderless

En 1918, Richthofen est devenu une légende. Les dirigeants allemands craignent que sa mort, en quelque sorte inévitable s'il continue à piloter, ne produise un effet néfaste sur le moral des troupes et de la population allemande. Malgré les pressions, il refuse de partir à la retraite alors que d'autres tombent sur le champ de bataille.

Le 21 avril 1918, au cours d'un combat aériens avec une escadrille de la Royal Air Force, Manfred Von Richthofen, poursuivi par des aviateurs canadiens, survola l'une des parties les mieux défendues de la Somme, et essuya des tirs de batteries anti-aériennes.

Le triplan se posa intact. Certains témoins affirmèrent que Richthofen était mort aux commandes, d'autres disent que le pilote était encore vivant et succomba à ses blessures plusieurs minutes après, non sans avoir soupiré « Kaputt » (foutu) en désignant son avion. Officiellement, Arthur Roy Brown et les tirailleurs australiens situés au sol revendiquèrent cette victoire.

Manfred Von Richthofen fut enterré au cimetière du village de Bertrangles près d'Amiens, avec les mêmes honneurs militaires que les pilotes alliés, le 22 avril 1918. En 1925 le cercueil est conduit à l'Invalidenfriedhof, l'équivalent de l'Hôtel des Invalides à Berlin. En 1975 l'autorisation est enfin donnée pour le transfert de la sépulture et Von Richthofen est enterré à Wiesbaden dans le caveau familial auprès de sa mère et de sa grand-mère.

Voici, maintenant que nous connaissons un peu de la vie de Manfred, la construction de cet avion:

J’ai commencé par faire l'inventaire du kit que j'avais commandé par internet. Il était complet.

100_7731          100_7730         100_7732         100_7735                                                                     

Au club, j’ai pris une planche de balsa 20/10 sur laquelle j'ai collé les longerons, les nervures, les coffrages ainsi que les clefs d'aile qui donneront de la rigidité à l'aile. Il faut veiller à bien aligner les différents composants de l’aile afin d'éviter de légers décalages de 1 ou 2 mm lors de la construction, et mettre la même dose d'Epoxy à tous les collages.

 

100_7738

          100_7740        100_7742